L’école Mathias Grünewald en quelques mots 

 

 

 

L’école Mathias Grünewald applique la pédagogie élaborée par Rudolf Steiner pour les enfants des ouvriers des usines Waldorf Astoria. Cette pédagogie est peu connue en France mais est appliquée dans plus de 1000 écoles à travers le monde et en particulier en Europe du nord.

 

 

 

Fondée en 1979 avec 6 élèves, l’école de Colmar compte aujourd’hui environ 400 élèves formés par une quarantaine de professeurs.

 

 

 

L’école se caractérise par des principes et des pratiques bien établies :

 

 

 

  • Chaque élève est accueilli comme un être unique et formé en fonction de sa personnalité. Pour cela de l’entrée en classe primaire jusqu’à l’âge de 14 ans, la classe est suivie par le même professeur. Ce cursus personnalisé nous permet de ne pas avoir recours à la notation ni au redoublement.
  • Les découvertes artistiques sont essentielles : dessin, modelage sculpture, musique théâtre… il en est de même pour le travail manuel de la laine, du bois et du métal.
  • L’ouverture au monde revêt une grande importance. L’anglais et l’allemand sont enseignés à tous les élèves, dès la première année scolaire. Dans les grandes classes des échanges trimestriels voir semestriels sont possibles avec des élèves venant de l’étranger. Des stages de trois semaines permettent tout au long du cursus des grands élèves de découvrir l’agriculture, l’industrie, les services à la personne, parfois dans des pays germanophones ou anglophones.
  • La prise d’initiatives est fortement encouragée tout au long de la formation. En fin d’étude, en 11ème classe, chaque élève est appelé à réaliser un important projet personnel avec l’aide du conseiller de son choix.
  • Les relations humaines entre les élèves et les professeurs sont essentielles car l’être humain s’éduque avant tout à travers le lien qu’il noue avec autrui.

 

 

 

 

 

 

 

Le parcours scolaire s’arrête après la première (12 ème). Les élèves se présentent à l’épreuve anticipée du baccalauréat. Ils sont admis sur dossier en classe terminale dans les lycées de l’enseignement public et obtiennent le baccalauréat à un excellent niveau.

 

 

 

Les parcours professionnels sont très divers mais la plupart des anciens élèves sont très bien insérés dans la société.

 

 

 

Pour être libre de sa pédagogie, l’école n’a pas de contrat d’association avec l’Etat, tout en restant sous tutelle de l’Education nationale (autorisation d’enseigner, possibilité d’inspections). Depuis 2012 elle est reconnue d’utilité publique.

 

 

 

Pour permettre  à l’école de vivre, les parents paient un écolage en fonction de leurs moyens et s’investissent de diverses manières dans son fonctionnement concret (voir le fonctionnement associatif de l’école). Les professeurs donnent beaucoup, ils ne comptent pas leur temps et se contentent de revenus modestes.

 

 

 

Pour plus de renseignements :

 

 

 

Voir le Site de l’Ecole Steiner de Colmar